Communication

Journée Internationale des Droits de la Femme, Artelia se mobilise !

Journée Internationale des Droits de la Femme, Artelia se mobilise !

Ce vendredi 8 mars, dans le cadre de la Journée Internationale des Droits de la Femme, les collaboratrice(teur)s d’Artelia se mobilisent et participent à la campagne digitale de Syntec Ingénierie en personnalisant le message #FemmeDeLinGENIErie.


Découvrez tous les témoignages individuels sur notre compte Twitter !

 

 

A cette occasion, nous avons également posé quelques questions à Sandra Dodet, qui en parallèle d’être une sportive de haut niveau, a étudié en tant qu’élève ingénieure.


Comment vois-tu ta place de femme en tant que sportive de haut niveau ? 
« Pendant de nombreuses années, en France, certains sports n’étaient accessibles qu’aux hommes. Je suis heureuse de pouvoir faire partie de celles qui, aujourd’hui, montrent à quel point la femme peut également accomplir de belles choses comme établir des records sportifs. C’est un honneur d’être considérée comme une ambassadrice du sport de haut niveau ou un exemple pour les générations futures même si, de nos jours, au niveau national, des disparités de salaires existent encore entre les hommes et les femmes. »


Et dans le monde de l'ingénierie ? 
« J’ai passé ma scolarité dans une école d’ingénieurs où nous étions un très petit nombre de femmes par classes mais, parmi les hommes, je n’ai jamais ressenti de différences et je ne me suis jamais sentie sous-estimée. » 


Ton quotidien en tant qu’athlète féminine est-il identique à celui de tes partenaires masculins ?
« Dans la pratique du triathlon, mon quotidien est identique à celui des athlètes masculins. »


Tes conseils pour t’imposer dans ces deux milieux réputés masculins ?
« Le milieu du triathlon, comme celui de l’ingénierie (à l’école), sont des milieux respectueux où l'état d'esprit est positif. C’est pourquoi je n’ai jamais eu véritablement le besoin de m’imposer dans ces milieux dits « masculins ». »