Etude d’agitation dans les ports de La Valette

Caractérisation de l’agitation et proposition de solutions de protection
Entrée de Grand Harbour
Contexte & enjeux

Les deux ports naturels encadrant La Valette, Marsamxett Harbour au nord-ouest et Grand Harbour au sud-est, présentent un intérêt patrimonial majeur. Par ailleurs, ils sont profonds, encaissés, rocheux et exposés à des houles venant de trois directions différentes (nord-ouest, nord-est, est), ce qui rend leur protection particulièrement complexe. Ils abritent de nombreuses activités : plaisance, commerce, transport, croisière, marine militaire, dans un espace très contraint. L'amélioration des conditions d'opérabilité et la protection lors des tempêtes hivernales est donc un enjeu majeur.

Dans ce contexte, Infrastructure Malta a demandé à Artelia des études hydrauliques complètes pour caractériser la situation actuelle, définir des scénarios de protection, établir un pré-dimensionnement de la solution retenue, vérifier la performance et la stabilité hydrauliques des ouvrages en modèle physique.

Artelia a réalisé les études hydrauliques (houles du large et propagation à la côte, agitation portuaire, hydrodynamique), proposé des solutions de protection, évalué la performance hydraulique de la digue submergée à l'aide d'un canal à houle numérique, réalisé le dimensionnement pré-conceptuel des ouvrages proposés (plan-masse et sections) et validé ce dimensionnement en bassin à houle et canal à houle dans son Laboratoire d’hydraulique.
 

Caractéristiques du projet

Ce sont en particulier la digue à talus extérieure et la digue foraine submergée qui ont fait l’objet d’une modélisation physique.

La digue à talus, en ACCROPODE™ II de 8 et 12 m3, a été reproduite dans un bassin à houle pour vérifier sa stabilité hydraulique, en particulier vis-à-vis des interactions avec les ouvrages existants : digue verticale de St-Elmo et son pont piéton, fortifications de la vieille ville.

Deux sections de la digue submergée, de carapace respectivement composée d’ACCROPODE™ II de 4 et 6 m3, ont été testées en canal à houle de façon à évaluer d’une part leur capacité à dissiper l’énergie de la houle en forçant le déferlement et ainsi à diminuer d’au moins 50% la capacité de réflexion du littoral, et d’autre part leur stabilité hydraulique en tempêtes.

Les modélisations ont confirmé le bon dimensionnement hydraulique des ouvrages réalisés à l’issue des études numériques, et ont permis de compléter ces dernières en faisant apparaître un certain nombre de phénomènes physiques visibles au laboratoire seulement, comme les impacts des vagues sur le tablier du pont.