Remise en état des périmètres irrigués de l’Imbo Nord

Renforcer le potentiel agricole d’une zone très fertile grâce à la réhabilitation et l’extension de ses réseaux d’irrigation

La Belgique soutient le Burundi au travers de différents programmes d’aide publique au développement, dont le PAIOSA, centré sur les questions agricoles et la lutte contre la pauvreté. Dans ce cadre, notre filiale SHER et Artelia Madagascar ont assuré la maîtrise d’œuvre complète de la remise en état des périmètres irrigués de l’Imbo Nord au Burundi. Une opération qui a conduit à une augmentation très substantielle de la production agricole de la région¹.

¹+50% ? https://open.enabel.be/en/BDI/2086/1110/u/irrigation-dans-l-imbo-nord-la-production-agricole-augmente-de-50-burundi.html

CONTEXTE & ENJEUX​

Financé par le Royaume de Belgique, Le Programme d’appui institutionnel et opérationnel au secteur agricole (PAIOSA) soutient le gouvernement du Burundi dans la mise en œuvre de politiques destinées à favoriser la croissance économique et à offrir aux populations rurales des opportunités pour sortir de la pauvreté. SHER, filiale d’Artelia, a accompagné dans ce cadre une opération de remise en état des périmètres irrigués de l’Imbo Nord, une zone agricole très productive tant pour les cultures vivrières qu’industrielles. Nos équipes sont intervenues, depuis les études préliminaires (2012) jusqu’au suivi des travaux (2017-2022) qui a été assuré en grande partie par Artelia Madagascar.

Le périmètre concerné (2 703 ha), autour des communes de Rugombo et Buganda dans l’extrémité amont de la plaine de la Ruzizi, comprenait des installations en très mauvais état qui ont été complètement réhabilitées. Le réseau ancien (31,5 km) a ainsi été modernisé pour augmenter sa capacité de transit. Un nouveau réseau secondaire (43,7 km) et tertiaire (76,2 km) équipé de canaux arroseurs (256,6 km) a été construit afin de réorganiser la distribution de l’eau sur l’ensemble de la zone. Le réseau de drainage a aussi été réorganisé et complété sur 160 km. Au final, 1 960 ouvrages (régulation et distribution) et 66 seuils en gabions ont été construits. Près de 30 km de pistes et 300 ouvrages de franchissement ont aussi été aménagés, ainsi que des infrastructures de gestion, traitement et stockage des récoltes (hangars). Celles-ci ont été conçues de manière modulaire pour s’adapter aux productions des différents secteurs irrigués.